resident evil 5

Resident Evil 5

Bookmark and Share Partager cet article

Chris Redfield est de retour, encore et encore, pour combattre Umbrella et son fameux virus T. Mais cette fois il n’est pas seul, la jeune Sheva Alomar va le seconder tout au long de l’aventure, dans un mode de coopération permanent. Pour ce nouvel épisode de la célèbre saga des Resident, oubliez les sombres villages et les couloirs obscurs, les terres africaines ensoleillées seront votre nouveau terrain de jeu, suite à la découverte de la présence du virus dans un village. Cette suite était très attendue, et il est difficile de succéder au quatrième volet qui était franchement réussi, alors qu’en est-il exactement pour ce titre ?


resident evil 5La première crainte était le mode coopération : personnellement je ne suis pas du tout adepte au départ, j’aime évoluer seul sans devoir me soucier d’une tierce personne ! L’apparition ponctuelle d’un ou d’une partenaire dans les Resident précédents, ou le fait de contrôler juste un temps un autre personnage m’allait très bien, alors que maintenant la jolie Sheva et son zozotement ne vous lâcheront pas d’une semelle. Mais je vous rassure, elle se gère plutôt bien et n’est pas gênante pour Chris à deux petites exceptions près : elle a tendance à vous guérir un peu trop tôt, lorsque vous avez encore un peu de marge niveau santé, et elle tire systématiquement sur les ennemis où qu’ils soient ! C’est très gênant quand vous êtes mal en munitions, et que vous comptez sur le prochain zombie pour récupérer éventuellement quelques balles, car elle les flingue de loin et vous serez attaqués 50 fois par les autres assaillants le temps d’aller les chercher ! Par contre vous serez bien content quand elle fera preuve d’une grande précision en ajustant ses tirs dans la tête (ou le point faible) d’un monstre qui vous résiste. Et les petits sauts aidés sont bien sympas même si l’essentiel de la coopération résidera dans le fait d’actionner des leviers à deux endroits éloignés et d’enchaîner des droites et coups de pied sur vos adversaires.
L’autre crainte annoncée dans ma preview était la jouabilité ! En effet Chris a toujours été un peu lourd dans son déplacement, surtout quand vous voulez tourner cela manque singulièrement de souplesse, et c’est malheureusement toujours le cas. A croire que Capcom a oublié que l’on ne joue plus sur Dreamcast, Gamecube ou Playstation, que les consoles ont évolué et donc nos attentes aussi ; et dans le même registre on ne peut pas tirer en courant, c’est frustrant ! Resident 5 reste largement jouable mais on se demande pourquoi ces points précis n’ont pas été améliorés par les développeurs !?

resident evil 5 play 3Au niveau graphique attention, ça claque ! Chris a une pure taille à l’écran, il est vraiment bien fait et l’ensemble des décors est superbement travaillé même s’ils sont peu variés ; on en redemande surtout sur les boss toujours impressionnants de beauté et d’envergure ! Le fait d’être en Afrique sous un soleil aveuglant permet des jeux de lumière plus nombreux mais gâche un peu l’effet de surprise et de peur lorsqu’un zombie sortait de la pénombre dans les Resident précédents et c’est bien dommage. Par contre vous allez vraiment apprécier le chapitre où Sheva et vous, installés à l’arrière d’un camion avec une mitrailleuse chacun, devaient aligner les motos et autres véhicules qui vous poursuivent car c’est tout simplement somptueux graphiquement en plus d’être tripant niveau intensité et adrénaline ! Ce sera la même chose avec le passage sur l’eau.
Un changement important est à noter : le fameux système de coffre de stockage d’objets ! C’était bien pénible de se taper des aller-retour sans arrêt pour poser des objets, le 4 avait déjà amélioré le concept, mais maintenant vous pourrez organiser votre inventaire à chaque début de chapitre ou après être mort. Le principe est très intéressant mais par contre pourquoi ne pas avoir permis à Chris et Sheva de transporter plus d’objets ? En effet avec ou sans nouveau système, avec ou sans aller retour vers un coffre, on retombe dans les vieux travers : être obligé de balancer des grenades pour prendre des munitions, et autre incompréhension, on ne peut utiliser un objet au sol comme avant, il faut l’avoir d’abord ramassé et intégré à son inventaire : débile ! Et comme souvent avec ce type de jeu la durée la vie est un peu juste, entre 10 et 12h environ, mais vous débloquerez de nouveaux modes une fois l’histoire terminée, ainsi que la possibilité de jouer avec Sheva. Quant au mode réseau il vous permettra de jouer à 2 pour plus d’efficacité, avec écran splitté, ou avec un ami si vous n’avez pas de connexion.

Resident Evil 5 souffre de quelques défauts du passé non améliorés, c’est vraiment regrettable, mais surtout le slogan disait « une peur que vous ne pourrez oublier » et c’est faux, il offre beaucoup d’action, d’adrénaline, mais il a perdu son âme car il ne fait plus vraiment peur. Ce survival reste un Resident mais il est devenu un jeu d’action tout simplement. Cependant il reste un très bon jeu, on a du mal à lâcher la manette et on ne voit pas le temps passer, donc même si nous étions en droit d’attendre un peu mieux il vaut largement la peine d’être joué.

• Infos jeu

Type : Action

Développeur : Capcom

Testé sur Playstation 3, disponible également sur Xbox360 et PC


Par Maitreced

Donnez une note au jeu :

3.4/5 (25 votes)

saison 19 - 17/04/2009 | 11:31:41

Excellent test. Donne envie de jouer au jeu, même si effectivement l'absence d'une ambiance clairement horrifique peut effrayer.


Blog Diltoo
ligue 1 2008
Résultats Ligue 1